Franchissement de l’estuaire : 81% des habitants du canton sont pour !

17TM59 - Estuaire Gironde - Présentation des résultats_Page_8Pour ou contre un franchissement de l’estuaire entre le Blayais et le Médoc ? La CCB a voulu trancher définitivement la question : elle a commandité un sondage auprès de l’institut TNS-Sofres. Cinq questions et cinq minutes pour savoir ce que pensent vraiment les habitants de l’intercommunalité sur ce sujet récurrent. Du 2 au 14 octobre, 400 particuliers et 70 chefs d’entreprise ont été interrogés par téléphone.
Les conclusions de l’enquête quantitative sont sans appel : 81% des particuliers et 86% des chefs d’entreprise se disent favorables à la construction d’un pont (avec entrée-sortie à proximité de Blaye et dans le Médoc) permettant de traverser l’estuaire de la Gironde.

Impact positif sur l’attractivité du territoire

Ce projet est même attendu par 80% des habitants du canton qui l’estiment nécessaire, voire indispensable. Une attente d’autant plus forte que la personne se rend fréquemment à Bordeaux… Pour 74% des personnes interrogées, un pont et un tracé autoroutiers seraient la solution la plus adaptée pour faciliter les déplacements entre Blayais et agglomération bordelaise. Elle permettrait d’améliorer l’attractivité du territoire (74%), son dynamisme économique (78%), ses propres déplacements (68%) et sa vie quotidienne (68%). 58% des chefs d’entreprise anticipent un impact positif du franchissement sur l’activité de leur entreprise (seulement 5% prévoient des conséquences «assez négatives»).

Des chiffres fiables et indiscutables

Également interrogés sur leurs modes de déplacements et sur leurs habitudes en matière de transport, les habitants du canton livrent quelques sujets de méditation. Ils révèlent par exemple que le train est à leurs yeux le mode de transport en commun le plus adapté pour rejoindre Bordeaux (43%), devant l’autobus (34%). Les chefs d’entreprise souscrivent également (respectivement 33% et 29%).
Disposer de chiffres fiables et indiscutables pour apporter un éclairage impartial sur une question délicate : tel était l’objectif de ce sondage. Le choix du recours à un spécialiste renommé répondait à la volonté d’objectivité de la démarche. L’institut parisien ­TNS-Sofres a été retenu pour un marché de 9 500 € HT.
L’intérêt et le soutien de la population pour cette idée de franchissement sont désormais clairement exprimés.
Tous ces résultats sont à télécharger dans le document ci-dessous.

Documents à télécharger