Le SCoT de la Haute-Gironde

L’élaboration d’un «Schéma de cohérence territoriale» (Scot) regroupant les Communautés de ­communes de Blaye, Bourg, Estuaire et St Savin a été décidée le 27 septembre 2012. En juin 2014, le «Scot de la Haute-Gironde» a placé à sa présidence  Denis Baldès, président de la Communauté de communes du canton de Blaye et maire de la ville centre.

Carte simple Haute Gironde essaiObjectif : déterminer de façon globale et collective l’avenir du territoire. En effet, derrière le terme peu évocateur de «Scot» se cache un document d’urbanisme majeur qui a pour objectif de déterminer les grandes orientations et projets du territoire à long terme (15 ou 20 ans). Il concerne aussi bien l’habitat que les transports, le développement économique, le développement durable ou les infrastructures, tous ces aspects étant intégrés dans une réflexion globale, mis en perspective et donc, en cohérence.

Le Cubzagais ayant élaboré son propre «Scot» (débuté en 2006 et achevé en 2010), le «Scot de la Haute-Gironde» concerne le périmètre des quatre autres Communautés de communes qui composent le Pays – Blaye, Bourg, Estuaire et St Savin.

Selon les termes du sous-préfet de l’arrondissement, Jérôme Burckel, «il s’agit d’une construction faite par le territoire, pour le territoire». Et qui, une fois élaboré, s’imposera à tous. L’objectif est de réaliser ce «Scot» en trois ans.

« Ne pas subir les dynamiques »

 Les territoires connaissent de grands changements et sont soumis à de fortes mutationsIls doivent faire face à de nouveaux défis, par exemple des phénomènes de très forte péri-urbanisation, ou au contraire pour certains bourgs, à des besoins de revitalisation ; les zones rurales sont parfois confrontées à des effets d’isolement et d’enclavement.

20130515_transports en commun_0008

L’intérêt d’un « Scot » est précisément de ne pas subir des dynamiques (comme par exemple la pression démographique), d’anticiper les changements et de se positionner vis-à-vis des territoires voisins.

Une fois le diagnostic du territoire posé, un projet d’aménagement et de développement durable (PADD) sera élaboré qui répondra aux objectifs en termes de développement économique, touristique et culturel, d’implantation commerciale et d’équipements structurants, de logements, de transports, de préservation des espaces agricoles, de l’environnement et des paysages. Il traduira la stratégie et le projet politique pour le territoire.

Puis un autre document sera rédigé : le DOO (document d’orientations et d’objectifs), qui fixera les règles d’organisation et d’urbanisation de l’espace. Un volet concernant l’aménagement commercial sera obligatoirement intégré au Scot, lequel sera soumis à une analyse environnementale afin d’évaluer l’impact des politiques publiques.

Cinq étapes et autant de délibérations seront nécessaires pour approuver le Scot, dont le projet sera soumis à enquête publique.