Plantation de haies pour faire barrage aux produits phytosanitaires

ENVIRONNEMENT. Des plantations de haies permettant de faire barrage aux produits phytosanitaires sont en cours sur le territoire de la Communauté de communes de Blaye (CCB). Plusieurs acteurs – syndicat viticole, association Arbres et paysages en Gironde, le Centre de formation des apprentis agricole de Pugnac /Reignac et la CCB – sont parties prenantes dans ce projet

20161208_plantation haies à Fours_0026 r

Démarrée début décembre 2016 à Fours, les plantations de haies pour faire barrage aux produits phytosanitaires se poursuivent sur le territoire de la Communauté de communes de Blaye (CCB). Au total, ce seront 630 plants de haies (240 sur du domaine public à Cars, St Martin Lacaussade, St Genès de Blaye ; 390 autres sur des domaines privés à Campugnan, Fours, Mazion et St Genès de Blaye) qui seront déployés en 2017.

Plusieurs acteurs sont impliqués dans ce projet, porté le syndicat viticole des Blaye-côtes de bordeaux. La Communauté de communes de Blaye intervient en rapport avec sa compétence concernant «les opérations d’aménagement de l’espace d’intérêt communautaire et qui présentent un intérêt environnemental, économique ou touristique» et joue le rôle à la fois de financeur et d’intermédiaire auprès du Département pour l’obtention de subventions. Quant à la réalisation à proprement parler, elle a été confiée à l’association Arbres et paysages en Gironde qui fait appel pour la plantation aux jeunes apprentis du CFAA de Pugnac Reignac. Ce projet constitue pour ces derniers un exercice pédagogique « à haute valeur environnementale » inscrit dans les parcours de formation des CAP et Bac pro « Paysages et vignes et vin ».

Évolution de la réglementation

Ces plantations répondent à la réglementation qui a évolué en matière d’usage des produits phytosanitaires. Il s’agit en particulier de la loi du 13 octobre 2014 dite «d’Avenir pour l’agriculture, l’Alimentation et la Forêt»  qui subordonne l’utilisation de produits phytosanitaires à proximité des sites accueillant des personnes vulnérables à la mise en place de mesure de protection. Ou encore des arrêtés préfectoraux du 23 juin 2014 et du 22 avril 2016 fixant les mesures destinées à préserver les lieux et établissements accueillant des personnes vulnérables au risque d’exposition aux produits phytopharmaceutiques.

«La CCB se félicite d’accompagner financièrement la filière viticole dans cette démarche. Elle vient en complément d’autres efforts menés en matière de mutation environnementale. L’opération concourt à la protection des populations et favorise donc la cohabitation et le vivre ensemble», souligne Xavier Loriaud, vice-président de la CCB.