Rythmes scolaires : la CCB recherche des animateurs

A la Communauté de communes du canton de Blaye (CCB), la mise en place de la réforme des rythmes scolaires se précise. Le groupe de travail formé il y a 1 an déjà continue à se réunir régulièrement pour travailler sur la question. Clémentine Le Brun, « coordonnatrice des rythmes scolaires » a été recrutée en fin d’année dernière et a pris ses quartiers dès le 6 janvier 2014. Son rôle charnière (entre élus, enseignants et intervenants) et de terrain sera, entre autres, de garantir la qualité des interventions sur les temps d’accueil périscolaire.

Après une réunion organisée jeudi 13 février dernier et qui a rassemblé plus de 60 personnes, la CCB renouvelle son appel auprès de « toutes les personnes en capacité d’intervenir auprès d’enfants de 4 à 12 ans avec les compétences nécessaires pour mettre en oeuvre des activités », afin qu’elles se fassent connaître. Afin de fidéliser au maximum ses intervenants, la volonté de la CCB est de proposer, autant que faire se peut, un volume horaire hebdomadaire de 8 heures d’intervention – tout en restant flexible en fonction des disponibilités et des attentes de chacun.

Les personnes intéressées peuvent prendre contact auprès de Clémentine Le Brun au : 06 48 899 777 ou par mail

Plusieurs grandes orientations ont d’ores et déjà été validées ou sont en passe de l’être : la volonté de proposer une solution de qualité et homogène sur l’ensemble du territoire ; la répartition des rôles entre les communes et la Communauté de communes (CCB) à travers une convention en cours de signature ; les  Projets d’organisation du temps scolaire (Pots) de chaque école ont été définis ainsi que les plages de Temps d’accueil périscolaire (Taps). Les différents domaines de ces fameux Taps vont des activités artistiques (musique, théâtre, danse, arts manuels…) et culturelles (linguistique, lecture…) aux activités sportives, en passant par des activités éducatives et de découverte (nature, environnement, sciences, informatique)… Reste encore à mobiliser davantage les intervenants extérieurs potentiels et à finaliser le Projet éducatif de territoire.