Réseau de téléphone et d’internet : les élus en colère

Près d’une centaine de personnes, essentiellement des élus du territoire intercommunal, se sont rassemblées vendredi 14 février dernier devant la mairie de St Girons d’Aiguevives, pour protester auprès de l’opérateur Orange contre l’état désastreux du réseau téléphonique et internet.

Si la commune de St Girons d’Aiguevives est particulièrement représentative de la situation, elle n’est pas la seule impactée par le délabrement du réseau téléphonique. St Christoly de Blaye, St Genès de Blaye, certaines zones de St Paul ou de Berson, pour ne citer qu’elles, sont concernées.

« A St Girons, plusieurs dizaines de foyers sont coupés de téléphone et d’internet depuis novembre 2019 », s’exclame le maire Eric Page. « Après avoir été baladés par Orange pendant trois mois, le problème n’est toujours pas réglé et surtout, nous ne sommes informés de rien ! », déplore-t-il. « Cela concerne parfois des personnes âgées qui ont absolument besoin du téléphone pour leur système de télé alerte. C’est inacceptable », renchérit Denis Baldès, président de la CCB. « Nous sommes donc réunis ici pour indiquer à Orange notre très vif mécontentement : c’est du mépris et de la maltraitance. Si la situation n’évolue pas rapidement, nous prendrons d’autres dispositions pour mettre la pression. Nous pouvons louer des bus et nous rendre à Bordeaux pour occuper la délégation régionale, par exemple ».

Alors que les travaux de déploiement de la fibre optique du projet Haut-Méga sont en cours sur le territoire, c’est essentiellement le réseau cuivre (ADSL) qui pose problème. Et notamment les poteaux en bois sur lesquels sont fixés les fils de téléphone : le territoire blayais est particulièrement exposé puisque le réseau de distribution est à 70% en aérien et que le taux des poteaux à remplacer est de l’ordre de 50%. Poteaux cassés, couchés, câbles arrachés par les tempêtes successives : le programme de maintenance et d’entretien a visiblement été négligé pendant des années par l’opérateur Orange.

Cette situation risque d’impacter le projet Haut-Méga. Et si globalement à ce stade, le déploiement de la fibre est plutôt dans les délais voire en avance en matière d’implantation des armoires (points de mutualisation de zone) et si, par rapport à d’autres territoires girondins celui de la CCB est plutôt bien loti avec fin janvier 2020 un taux de couverture en prises raccordables de 16%, localement le projet accuse parfois des retards importants, comme à St Genès de Blaye ou St Ciers de Canesse.